wiki sene logo

samedi, 17 juin 2017 18:10

MORIO écourte son tour du monde 1870

La consultation méthodique des registres de l'etat civil peut se révéler interessante pour "l'historien local", notamment les régistres de décès. On guettera les mentions marginales ou les transcriptions d'un jugement laissant présager une mort particulière et peut être un récit à raconter.....

Tel est le cas de l'acte de décès de Louis Sylvestre MORIO que l'on peut consulter sur le site des Archives Départementales du Morbihan.

MORIO Sybille mort 1870

On y apprend que ce marin de Séné, Louis Sylvestre MORIO est mort en novembre 1870 alors qu'il était sur le bateau "Le Sybille", armé à Toulon. On a envie d'en savoir plus. Qui était-il ? Quel a été son périple ? D'où venait Le Sybille.

La consultation de son acte de naissance nous indique qu'il est né le 2 janvier 1847 au village de Montsarrac dans une famille de pêcheurs. Il a 23 ans lors de sa disparition sur le Sybille.

La Sybille ayant été armée à Toulon, on s'adresse au Service Historique de la Défense de Toulon pour solliciter quelques données sur ce navire et le marin MORIO. Celui-ci communique des pièces qui précisent les informations de l'acte de décès.

Ainsi, le journal de bord du Sybille nous indique que Sylvestre MORIO est mort le 9 novembre 1870 à l'hôpital de bord du navire et que sa dépouille fut immergée en mer le lendemain à 6 heures. On note qu'il ne faisait pas partie de l'équipage du Sybille mais qu'il était sur le bateau en tant que passager.

MORIO journal de bord Sybille

Le journal des mouvements du Sybille nous relate le périple effectué par ce navire. Il est parti de Toulon  en janvier 1870, a fait escale aux îles Canaries avant de traverser l'Atlantique et d'atteindre le port brésilien de Bahia. Ensuite, il a gagné Nouméa en Nouvelle Calédonie. Sur sa route du retour vers la métropole, La Sybille fait une longue escale à Papeete à partir du 17 juillet 1870 jusqu'au 4 août.

MORIO Sybille Papete

Un autre document du Sybille nous indique qu'avant d'embarquer à Papeete, le marin sinagot MORIO était en poste sur un autre navire, l'Astrée. C'est à Tahiti que MORIO change de bateau le 4 août 1870 pour gagner la France plus rapidement. On pressent que son état de santé le pousse à rejoindre la Métropole au plus vite.

MORIO Sybille décès

Jusqu'en 1870 la France vit sous le Second Empire. Louis Napoléon Bonaparte après son coup d'état de 1852 est devenu le 2° Empereur des français. En septembre 1870, la défaite de Sedan face aux Prussiens scellera la fin du régime. Les lois de l'époque condamme nombre de citoyens au bagne. La Sybille avait dans ses soutes environ 200 bagnards à destination de la Nouvelle Calédonie. Le bagne de Nouméa abritait alors environ 2.600 bagnards.

MORIO sybille 1869

 

MORIO pénitencier noumea

 

Mais notre Sinagot n'était pas marin sur le Sybille. Il avait embarqué sur un autre navire, l'Astrée.

Quand a-t-il embarqué sur l'Astrée et que faisait ce bateau à Papeete en août 1870 ?

Cette fois rendons nous au SHD de Lorient consulter la fiche d'inscrit maritime de Louis Sylvestre MORIO.

Celle-ci  nous indique que dès l'âge de 10 ans, le jeune Sylvestre MORIO est embarqué sur le Sainte Anne pour du "bornage". (à expliquer). Le jeune Sinagot a très tôt le goût de la mer !

MORIO Sylvestre Inscrit 2 

A partir de février 1865, à l'âge de 18 ans il embarque sur le "Sylvestre Marie". Il reste fidèle à ce bateau jusqu'en mai 1868 quand il doit effectuer sa conscription de marin. La fiche d'inscrit maritime porte une précieuse mention.

MORIO 1868 1870 sur lAstrée

"Levé à sa demande le 19 mai 1868 bien qu'ayant deux frères au service". On comprend qu'à l'âge de 21 ans en 1868, Sylvestre MORIO a deux frères déjà engagés sous les drapeaux. Il peut donc ne pas effectuer sa conscription. Cependant le jeune marin a soif d'aventure. Depuis l'âge de 10 ans qu'il a les pied sur un pont de bateau !

Il s'embarque sur l'ASTREE le 1er Juin 1868 au départ de Lorient.

Que nous apprend Internet sur la frégate l'Astrée ?

Frégate l'Astrée

MORIO LAstrée CDT Miot
   La frégate mixte l’Astrée a été sortie de l’anonymat par la découverte, dans une malle familiale, d’un journal personnel du lieutenant de vaisseau Ange Edmond Bourbonne par son arrière petit fils Louis Bienvenüe. Ce journal était accompagné d’un album de plus de 100 photos d’escales qui se sont révélées avoir été prises, pour la plupart, par Paul Emile Miot.

MORIO Paul Emile MIOT bis

   Mise sur cale à Lorient en 1845 sur plans de l’ingénieur Legrix, l'Astrée ne fut mise à l’eau que le 24 décembre 1859: entre temps, sa coque avait été rallongée de cinq entre-axes de sabords (16,40 m), son avant et son arrière modifiés (plans Sollier), pour recevoir une machine à vapeur de 600 chevaux nominaux et ses 6 corps de chaudières. Dotée d’un puits d’hélice et d’une hélice relevable, sa coque en bois est habillée de plaques de cuivre dans ses oeuvres vives; elle a un gréement de frégate complet (gréement dormant en torons de fil de fer zingué), elle fut armée en transport de troupes en 1862 lors de la guerre du Mexique (Lorient – Fort de France – Vera- Cruz et retour).

De 1863 à 1866 elle fit partie de la station navale du Brésil et de la Plata (Capitaine de vaisseau Jouslard, contre-amiral Chaigneau). A Rio de Janeiro elle reçut l’empereur du Brésil Pedro II (gravure de Lebreton).

De 1868 à 1871, elle porta le pavillon du contre amiral Georges Cloué, commandant la station navale du Pacifique. Celle-ci se composait de la frégate mixte Astrée, des avisos La Motte-Picquet et d’Entrecasteaux et du transport la Mégère. 

L’Astrée était commandée par le capitaine de vaisseau Peyron, futur contre amiral et ministre de la marine. Le capitaine de frégate Miot était chef d’état-major de l’amiral. Il s’était déjà distingué lors de campagnes à Terre-Neuve en faisant de la photographie. Il en laissera des collections (Musée de l’Homme de Paris, Archives du Canada, Archives de la marine de Vincennes, collections particulières Jean-Yves Tréhin, Serge Kakou, Louis Bienvenüe).

Après escales aux Canaries, à Saint Vincent du Cap Vert, à Montevideo, elle passa par le canal de Magellan et les canaux latéraux de Patagonie, où elle s’endommagea la quille et l’étrave sur une roche. Suivent ensuite des escales sur les côtes d’Amérique du Sud. Au Pérou, à Callao, on répara les dommages sur le dock flottant. C’est ensuite Panama, San Francisco (visite de l’amiral américain Farragut). L’etat major visite le fort d’Alcatraz et ses canons géants. On fait escale ensuite à Esquimalt Bay (île de Vancouver, Colombie Brittanique), puis c’est à nouveau San Francisco, et enfin Papeete.

Notre "aïeul" sinagot Sylvestre MORIO, a donc fait tout ce long périple, débarqué lors de toutes ces escales et visité tous ces ports ! C'est sans doute le premier Sinagot avoir mis pied à terre en Afrique, en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Océanie. Quel voyage !


L’Astrée y séjourne trois mois à Papeete. Paul Emile Miot prend de nombreuses photos. Bourbonne devient le « tayo » d’Ariiaué, le futur Pomaré V « …en connaissant mieux mon nouvel ami, je découvris chez lui un bien grave défaut, mon cher tayo est un ivrogne, plusieurs fois nous l’avons ramené couché dans le fond de la voiture… » Visite et séjour à Atimaono, à la plantation Steward. Cloué complète l’hydrographie de la côte entre la Pointe Vénus et Papenoo, on précise les contours du « Banc de l’Artémise », où Laplace endommagea sa frégate en l’échouant, en avril 1839.

Pendant le séjour de l’Astrée se place l’épisode « La Roncière » : «Le Commissaire Impérial La Roncière, demi-frère de l’amiral La Roncière Le Noury, convaincu de détournements et turpitudes diverses, est évincé et lui et ses complices sont embarqués sur la frégate à voiles l’Alceste le 17 novembre 1869 pour être jugés en
France » (*).

L’Astrée reviendra encore à Tahiti, en revenant des Marquises. Elle séjournera à Papeete du 22 juin au 1° septembre 1870. Aux Marquises le "reporter" MIOT prend des photos :

1870 fatu hiva femme à bord du bateau

1870 nuku hiva taiohae bay marquise

C'est ici que s'arrête le voyage de Sylvestre MORIO sur l'Astrée. Lors de cette escale à Papeete, il embarque le 4 août sur la Sybille pour regagner la France. Déjà deux ans que le marin sinagot fait son tour du monde. L'Astrée quant à elle continue son périple...

L'Astrée au mouillage à Papeete :

MORIO palais pomare papeete Paul Emile Miot 1869

Pendant le second séjour, Papeete reçoit la corvette russe Almaz (Diamant), la corvette américaine Resaca, la frégate à voiles Sibylle, les avisos d’Entrecasteaux et La Motte-Picquet. Le transport la Mégère part pour la France, le transport à voiles le Chevert arrive de San Francisco et annonce à la colonie l’état de guerre entre la France et la Prusse. Le 15 août 1870 l’Astrée reçoit la reine Pomaré. Le même jour a lieu une course de pirogues. L’Astrée quitte définitivement Tahiti le 1° septembre 1870.

MORIO Pomare lV 1869 70 Paul Emile Miot

Elle navigue le long des côtes d’Amérique du Sud, dans une inaction qui pèse sur l’équipage, sans rencontrer de navire de guerre prussien ni sans arraisonner de navire marchand. Elle rentre en France le 21 janvier 1871 depuis Valparaiso, passe le cap Horn, relâche à Dakar et arrive à Lorient le 8 avri 1871.

Elle est définitivement désarmée le 27 du même mois. Elle figure encore sur la liste de la flotte de 1877 à « bâtiments maintenus provisoirement auxquels on ne travaillera qu’au fur et à mesure des besoins ».Elle est rayée des listes à la fin de la même année et restera comme ponton, rasée, la guibre enlevée révèlant une étrave droite, jusqu’à sa démolition en 1923. Depuis 1913, elle s’appelait « ponton magasin n°2 », son nom ayant été donné à un sous-marin. Elle servit à Lorient comme ponton-caserne et comme poste d’armement de la direction du port.Elle a une importante voie d’eau en 1911.

Elle est vendue à M. Ferrand, de Vannes, pour la somme de 96.213 f. Le 17 février 1923 elle quitte Lorient pour St Nazaire, remorquée par l’Audax, pour sa démolition définitive.

Louis Sylvestre MORIO, à l'âge de 21 ans a préféré faire le tour du monde que de rester à Séné. Il contractera sans doute une maladie lors de ce long périple autour du monde.

Des photographies de l'Astrée témoigne de ce voyage. Est-il sur une de ces photographies ?

MORIO LAstré equipage curé

MORIO LAstrée Etat major