wiki sene logo

SOLDATS DE SENE

MORTS POUR LA FRANCE - GUERRE 14-18

 

Nous fêterons le 11/11/2018 le centenaire de l’armistice mettant fin à la Première Guerre Mondiale. Ce conflit a touché notre commune de Séné comme l’ensemble des communes de France. Le monument aux morts de Séné répertorie 86 noms liés à la Grande Guerre gravés par ordre alphabétique dans le marbre.

 

Quand a-t-on érigé le monument aux mort ?

Derrière cette liste administrative, qui étaient ces soldats de Séné ?

Dans quelles circonstances ont-ils perdu leur vie ?

Tous les Sinagots morts pour la France lors de la guerre de 14-18 figurent-ils sur notre monument aux morts ?

 

A l’occasion du « Centenaire », il m’a paru nécessaire de sortir de leur anonymat les soldats de Séné morts pour la France pendant la Première Guerre Mondiale.

 

Pour démarrer mes recherches j’ai établi la liste des soldats inscrits aux monuments aux morts. Ensuite, je suis allé vérifier à l’état civil de Séné leur acte de décès et de naissance.

Ma première surprise fut de voir les erreurs d’orthographe dans les patronymes et surtout de mettre en évidence qu’il manquait des noms !

Je me suis souvenu qu’en 2014 Yannick ROME, instituteur en retraite à Theix, avait réalisé une exposition sur le « Poilus de Séné ». Il m’a amicalement communiqué les supports de l’exposition et également compliqué la tâche : A juste titre, il avait élargi ses recherches non seulement aux soldats inscrits sur le monument aux morts mais également à tous les natifs de Séné.

En effet, s’intéresser aux Poilus morts pour la France à Séné revient à se demander quand devient-on Sinagot ?

Il fallait bien trancher. Les bases de travail classent les militaires par lieu de naissance qui sera une première clef de sélection. Pendant les recherches, j’ai appris que les autorités de l’époque avaient retenu le dernier domicile connu comme commune où sera transcrit le décès d’un soldat mort au front, en plus de sa commune de naissance. Il fallait bien étudier l’état civil de Séné et le dénombrement de 1911, dernier recensement de la population de Séné avant la guerre.

 

En ajoutant les soldats nés à Séné, ceux domiciliés à Séné on parvient à ce jour à 118 noms.

 

Si un homme ayant résidé Séné, non natif de notre commune, a quitté Séné avant la mobilisation, il est sans doute Sinagot, mais il sera passé au travers des mailles des bases de données…

Il se peut donc que des noms de « soldats de Séné » soient encore oubliés. En effet, mes recherches m’ont permis de découvrir des noms qui n’étaient pas sur les principales bases accessibles sur Internet.

 

Il faut saluer l’effort des administrations et des associations qui ces dernières années ont créé des sites internet permettant de mener des recherches en ligne.

 

On citera en premier lieu le site « Mémoire des Hommes » http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr qui donne des fiches de soldats de 14-18 classés par commune.

La site http://www.memorialgenweb.org répertorie quant à lui tous les soldats morts figurant sur un monument aux morts ou bien une nécropole.

La Bibliothèque Nationale et son site internet Gallica http://gallica.bnf.fr/ ont également mis en ligne des historiques de régiment. Dans les années 20 des militaires ont voulu raconter les années de guerre de leur régiment. Ces documents sont de précieux témoignages.

 

Plus près de nous, les archives départementales du Morbihan http://www.archives.morbihan.fr ont mis en ligne les fiches de matricule des soldats. Ces archives conservent également les registres du recensement de 1911, on disait à l’époque, dénombrement. Ce document a permis de retrouver la trace et la composition des familles

touchées par la perte d’un soldat .

 

archives 56  bnf gallica lecteur export GenWeb

memoire des hommes  pages1418sene logo

 

En complément de ces bases « administratives » il faut ajouter les nombreux sites Internet de particuliers ou d’associations qui donnent accès à un tas d’informations.

Par exemple le site http://www.navires-14-18.com qui répertorie les bateaux disparus pendant la guerre, fort utile avec la population de soldats marins à Séné; le site http://chtimiste.com qui donne des informations sur les régiments et les combats ; le forum http://pages14-18.mesdiscussions.net où s’échange des informations sur la guerre ; le site http://tableaudhonneur.free.fr qui a scanné un grand nombre d’historiques de régiment.

 

La liste des sources numérisées est longue mais la consultation d’archives « à l’ancienne » s’est révélée également fort utile que cela soit les actes de décès à Séné, les actes d'inhumation à la paroisse, les archives du Morbihan dont les dénombrements de 1906 et 1911, et surtout les registres des Inscrits Maritimes au Service Historique de la Défense à Lorient.

http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/.

Je remercie le SHD de Lorient pour m'avoir permis de consulter leurs archives et de reproduire des extraits des fiches d'incrits maritimes des soldats de Séné . Ces documents renseignent très bien sur la vie des jeunes mouses qui deviendront matelots ou officiers dans la marine nationale ou la marine marchande.

A partir de ces informations il a été possible de connaître l’origine familiale des soldats, d’en savoir un peu sur leur profession, leur état civil, la composition de leur famille, s’ils laissaient une veuve, des orphelins…

Ces données historiques ont permis de retracer les derniers jours de leur parcours de soldat pendant la guerre, jusqu’à identifier le lieu, le bois, la colline, le ravin, la bateau, l’hôpital, l’ambulance, où ils ont perdu la vie.

 

Les 118 récits des « soldats de Séné » sont présentés en 4 rubriques :

 

SINAGOT 14-18 : réunit des récits de soldats des armées de terre : infanterie, artillerie et génie.

SENE 14-18 Marine présente le recits de marins morts en mer.

SENE 14 -18 Terre présente des grandes phases de la Première Guerre Mondiale illustrées par les récits des soldats de Séné.

GUERRE 14-18 présente d'autres aspects du conflit, les soldats morts "d'accident de service" ou de maladie.

 

L'ensemble de ces articles permet de parcourir le conflit comme un « cours » d’histoire, en suivant le destin tragique de simples soldats de Séné au plus près du champ de bataille.

 

Lecteur, en vous attardant devant le monument aux morts de notre commune, à défaut de mettre un visage sur un nom, vous pourrez désormais connaître l’histoire de ces hommes de Séné morts pour la France et notre liberté.

 

Monument aux mort

 

 

 

 

Ferdinand Louis Marie LE FRANC : 21/11/1888 - 30/09/1918

Ce soldat de Séné est "découvert" grâce au site du Ministère de la Défense "Mémoire des Hommes". En effet, son nom ne figure pas au monument aux morts de Séné. Cependant, Ferdinand Louis Marie LE FRANC naît bien à Séné en novembre 1888.

LE FRANC Ferdiand fiche

Une consultation du site des Archives du Morbihan permet de retrouver son acte de naissance. On y apprend que son père, marin, n'est pas au domicile lorsqu'on déclare sa naissance en mairie. La famille vit alors à Montsarrac.

 LE FRANC Ferdinand Extrait

La fiche "Mémoire des Hommes" nous apprend qu'il était marin et qu'il est décédé d'une grippe infectieuse alors qu'il etait en permission à Vannes. On lit que son dernier embarquement était sur le bateau "Albatros II" de la 2° Escadrille de Patrouilleurs en Méditerranée (Occidentale?).

Tachons d'en savoir plus sur Ferdiand LE FRANC. On recherche alors sa fiche de matricule aux Archives du Morbihan qui nous confirme son identité. Il habite alors Vannes, sans doute à l'adresse des ses parents au 27 rue de Séné (actuelle rue Monseigneur Tréhou). Cette fiche nous renseigne sur ses états de service :

LE FRANC Ferdinand service 

Nous avons à faire à un engagé volontaire dans la marine qui devance sa conscription à l'âge de 16 ans en 1904. Il débute comme apprenti marin le 25 novembre 1904 et obtient le grade de Quartier Maître Mécanicien le 1er janvier 1909. Il repart pour une période de 3 ans.

Une visite aux Service Historique de la Défense de Lorient s'impose. On y retrouve pas sa fiche d'inscrit maritime mais on peut y consulter son livret militaire qui nous livre plus de détails :

Le Franc Ferdiant livret  LE FRANC Ferdinand Bateau

On y consulte la liste de ses périodes en mer et les noms des bateaux à bord desquels LE FRANC a navigué, entrecoupé de passage au "Dépôts" de la marine. Ainsi on y apprend qu'il se réengage le 8 mai 1911 au port de Saïgon.

Lorsqu'éclate la guerre il est embarqué depuis 1er août 1912 sur le croiseur cuirassier "Dupetit Thouars" où il restera jusqu'au 17/11/1915. Bateau qui sera torpillé par un U-Bolt le 7 août 1918.

LE FRANC DUPETIT THOUARS

A partir du 1er janvier 1917, il rejoint la 2° Escadrille de patrouilleurs en Méditerranée Occidentale pour la surveillance sans doute du Détroit de Gilbaltar. Il est embarqué sur l'Albatros II". Le site navire-14-18.com permet de retrouver les caractéristique de ce bateau. Le forum pages14-18 nous donne une photo de son équipage. Ferdinand LE FRANC est-il sur la photo ?

LE FRANC ferdinand ALBATROS II  LE FRANC Ferdinand ALBATROS II marins

 

Alors qu'il est en permission fin septembre à Vannes chez ses parents au 27 rue de Séné à Vannes, il souffre d'une grippe infecieuse - sans doute contractée en mer comme le précise sa fiche :

LE FRANC Ferdiand grippe

Ferdiand LE FRANC décède chez lui le 30 septembre 1918. Le site MemorialGenWeb nous indique où il est enterré au carré militaire de Boismoreau. c'est un des trois Poilus de Séné à avoir sa tombe dans le Morbihan. (Les autres identifiés sont Le Hay et Savary qui nt leur tombe visible à Séné). En effet, il n'y a pas eu de carré militaire de créé à Séné.

LE FRANC Ferdiand GenWeb

 LE FRANC Ferdinand tombe

 

Ces recherches ont permis d'identifier 118 soldats de Séné morts pour la France. 86 ont leur nom gravé au monument aux morts de Séné. 5 autres soldats sont bien enregistrés à l'état civil de Séné comme "Morts pour la France" et seront un jour portés sur notre monument aux morts.

On distinguera donc le lieu de la mort du soldat (champ de bataille, en mer, dans un hôpital), du lieu de son inhumation définitive (cimetière communal, cimetière militaire, nécropole) et du lieu de mémoire (cimetière militaire, nécropole, monument aux morts civil, liste des morts à l'eglise).

86 "soldats de Séné" sont honorés au monument aux morts de Séné mais d'autres le sont sur des monuments aux morts d'autres communes comme Vannes, Noyalo, Arzon, selon le dernier lieu de résidence du soldat, de sa veuve ou de sa famille. Voir liste point 3. Quelques soldats sont ainsi honorés par deux fois voire 3 avec les plaques dans les églises.

Quelques soldats qui ont disparu en mer et d'autres qui ont disparu au combat, n'ont pas eu de sépulture. Les morts lors du torpillage du Gambetta sont honorés en Italie dans un monument de la commune de Catrignano del Capo.

D'autres soldats, morts en combattant ont pu être ramenés à leur famille et furent inhumés soit à Séné soit à Vannes ou dans une autre commune.

Tel est le cas de JOUAN Jean Marie [11/11/1892 - 29/10/1915] dont le corps a été rapatrié de Vichy à Séné selon le registre paroissial de Séné.

Il décéda le 29 ocotobre et son corps fut inhumé à Séné le 4 novembre.

JOUAN inhumation

D'autres soldats malades ont regagné leur domicile pour y finir leur jours. La consultation des registres de la paroisse de Séné nous indique en plus de Jouan, 11 autres soldats de Séné furent inhumés au cimetière communal :

Jean Marie LE BLOHIC : 22/02/1888 - 14/06/1916 inhumé le 16/06/1916

Armel Pierre Marie BOURVELLEC : 26/08/1886 - 16/03/1920 inhumé le 17/03/1920

Joseph Marie LE MAY : 30/05/1896 - 25/02/1919 inhumé le 26/02/1919

François Marie LOISEAU : 15/02/1894 - 20/09/1916 inhumé le 21/09/1916

Louis Marie LE ROUX : 4/08/1893 - 22/08/1920 inhumé le 24/08/1920

Yves Louis LE FRANC : 25/08/1876 – 13/10/1921 inhumé le 14/10/1921

Jean Louis LE PORT : 11/11/1890 - 15/06/1918  inhumé le 16/06/1918.

Jean Marie Evelin DANET : 1/04/1889 - 20/04/1918 inhumé le 21/04/1918

Célestin Jean Marie LE FRANC : 15/11/1882 – 30/12/1919 inhumé le 1/01/1920

 

Nous avons encore au moins deux tombes de soldats de la Grande Guerre au cimetière communal. Après guerre, aucun carré militaire ne sera créé à Séné. Les tombes des soldats Savary et Le May ont donc une valeur mémorielle.

Eugène Marie SAVARY :  27/04/1883 - 25/12/1917 inhumé le 28/10/1917

SAVARY inhumation

SAVARY tombe SENE  Savary Eugène ECRIT

Jean Marie LE HAY : 7/07/1880 - 9/07/1917 inhumé le 10/07/1917.

LE HAY inhumation

Jean Marie LE HAY est décédé à Moustérian parmi les siens, sa femme et son enfant, le 9 juillet 1917, d'une tuberculose pulmonaire.. Il fut inhumé le 10 juillet et sa tombe où sa tombe est toujours visible. 

LE HAY Jean Marie Tombe  LE HAY Jean Marie plaque

 

La fiche d'inscrit maritime du soldat Jean Marie LE DUC [27/09/1886 - 21/03/1916] indique qu'il est mort de maladie à Séné mais il ne semble pas avoir été enterré religieusement à Séné.

Face à l'afflux de soldats morts sur le champs de bataille, les autorités ont organisée une "logistique mortuaire". Les corps de nos soldats défunts ont été enterrés dans des cimetières improvisés derrière la ligne de front, transférés ensuite dans des premiers cimetières militaires pour ensuite être définitivemennt honorés dans des nécropoles. 

Sepulture temporaire soldat mort

Ainsi après l'armistice, les autorités se sont attachées à créer des carrés militaires dans des cimetières, des cimetières militaires et des nécropoles pour honorer la mémoire des "Morts pour la France". Des soldats bien identifiés ont ainsi leur tombe avec leur nom gravé ou bien ils reposent dans des ossuaires.

Le site internet MemorialGenWeb est une aide précieuse pour identifier parmi les 118 noms ceux qui figurent dans une nécropole :

 

1 Soldats de Séné parmi les 118 dont le nom n’apparaît dans aucun monument au mort :

3 des 5 oubliés de Séné :

Joachim Marie CORBEL      05/10/1887 - 25/09/1915

Louis Marie GUIGUELE        30/09/1881 - 14/10/1918

même si son nom est repris au Monuments aux Chars Berry au Bac

Pierre Marie LE DORIOL      17/03/1897 - 29/10/1915

Jean Marie OLIVIERO          02/12/1879 - 08/06/1916

Marc Louis RAULT                31/01/1881 - 29/05/1916

apparaît au monument de Lanfains.

Mais aussi étrangement qu’il n’y parait :

Joseph PASCO, dernier domicile à Lorient, marié à Lorient, mort à Brest.

Ferdinand LE FRANC, même si le soldat a une tombe au Carré militaire Boismoreau Vannes, son nom ne figure pas au monument aux morts de Vannes.

            DAVID Théophile : Le Livre d'Or le répertori à Mézières sur Couesnon (35) mais il n'est pas inscrit  au monument aux morts de cette commune.

2 Soldats ayant une tombe dans un cimetière militaire ou une nécropole :

CAMEMEN Alexandre         

à Nécropole Les Glacis du Château tombe 356 – Belfort

COMBES Jean

à Nécropole d’Apremont La Forêt Tombe 1842 Marbotte

CORFMAT Emile

à Nécropole de Royallieu Tombe n°109 – Compiègne

DANET Jean Marie Stanislas

à Cimetière de Zuycoote Carré 1 tombe n°559

DANET Jean Marie

à Nécropole Notre Dame de Lorette Carré 49 Rang 2 Tombe n°9673

GAREC Jean Marie             

à Cimetière de Verneuil (Eure)

GARJEAN

àCimetière de Bergues

GUIGUELE Louis Marie

à Monuments aux Chars Berry au Bac

GUYOT Ange Felix Marie

à Nécropole La Maison Bleue tombe n°3220

LANDAIS Paul

à Nécropole de Vaudelaincourt Tombe 1553

LAUDRIN Jean Marie

à Nécropole de la Crouée Tombe n°6594

LE BARDIER Joseph

à Cimetière de Vauquois tombe n°735

LE BOULAIS Henri

à Nécropole de la désolation tombe n°874 Flavigny Le Petit

LE BOURHIS Vincent

à nécropole de Snuippes tombe n° 3606

LE DERF Vincent Marie

à Mausolée de Castrignano - Italie

LE DIBOISE Marcel

à Cimetière de Vauxbuin Carré D 800

LE DIGABEL Jean Marie

            à Cimetière de Vauxbuin tombe B 1083

LE DUC Joseph Louis Marie

àCimetière de Pargnan

LE FRANC Ferdinand

à Carré militaire Boismoreau Vannes

LE FRANC François Marie Louis

à Nécropole du Faubourg Pavé tombe n°3552 – Verdun

LE FRANC Henri Léon

à Cimetière de Villers Carbonnel tombe n°115

LE FRANC Vincent Marie

à Nécropole de Lihons tombe n°2105

LE FRANC Vincent Louis Marie

à Mausolée de Castrignano – Italie

LA GALLIC François Marie

à Nécropole  Friscati de Vitrimont tombe n°136

LE GODEC Joseph

            à Cimetière de Dunquerke tombe n°943

LE MENACH Louis Marie François

à Cimetière Erilor de Bucarest – Roumanie

LE PAUTREMAT

àNécropole Le Sourd Tombe n°312 LEME (Aisne)

LE TREHUDIC

àCimetière de Vic sur Aisne tombe n°134

MAHE Auguste

à Carré militaire du cimetière d’Angers Carré 42 Rang 7 tombe n°26

MARION Jean Marie

à Cimetière de Zuycoote Carré 1 tombe n°996

MONFORT Louis François Marie

à Nécropole de Tracy Le Mont tombe n°1313

MOREL Vincent

            à Ossuaire de Furnes – Belgique

NOBLANC Jean Marie

à Nécropole Pont de Marson tombe n°3894 Minacourt Mesnil Lès Hurlus

PIERRE Edouard Vincent Marie

à Mausolée de Castrignano - Italie

PIERRE Joseph Marie [7/06/1896 - 19/09/1918]

à Cimetière de Kerfautras 47-6-2 – Brest

PRODO François

à Nécropole Notre Dame de Lorette Carré 86 Rang 6 tombe n° 17313

RICHARD Michel Jean Marie Ferdinand

à Nécropole de la Crouée Tombe n°6594

3 Soldats de Séné dont le nom est inscrit dans un autre monument aux morts :

Monuments aux morts de Vannes La Garenne

ALLANO Honoré

BOCHE Joseph

BOCHE Louis

CAERO Pierre Marie

DANO Julien

GARJEAN Julien

GAYET Julien

GUEHO Alphonse

GUHUR Pierre

LANDAIS Paul

LE BOURVELEC Jean Marie

LE BRAS Ferdinand

LE DIGABEL Jean Marie

LE FRANC Aubin Ange

LE QUINTREC Paul

LE PLAT Lucien

MORIO Joseph

PLUNIANT Jean Marie

TACQUET Jean marie

TATIBOET Victor

Autres communes :

DANET Ange Joseph Marie : Arzon (56)

LE BOURHIS Vincent : Laboissière (60)

LE BRIS Joseph : Gourin (56)

LE FLOCH Auguste : Larmor Plage

LE FRANC François : Salerne (83)

LE PLAT Lucien : Noyalo (56)

MORIO Patern : Arradon (56)

ROPERT Jean Marie : Nantes (44)